Search

Older posts-

---------o t---------------

UTOPIA

Utopia is it future or no future ? Is it the possibility or the impossibility of a better future on earth before the very final end in about 4 billion years ?

I think that humankind has started very early searching for something better than our small short lives spent running and hunting... or being hunted. In fact, I think we have never accepted our condition of little poor things full of fear and lost in the middle of nowhere, somewhere in a vast univers we didn't understand. But I also think that the very first liberation gesture of humans has happened at the very right moment we started looking at the stars and thinking of infinite.

Humanity is made of reality but also of dream, perhaps first of all of dream. Dreaming of another world is perhaps the first way humans choosed to try to scape from a reality which is mostly made of negative things: hunger, cold, fear, violence, slavery, hate, poverty, ilness, death... History is full of fight and blood. Reality of human beings have been builded all along our time on earth by war and destructions. And that is not at all finished...

So, the idea of Utopia happened, in old times and, later, in modern times. At the 19th century new concepts where thought by some intellectuals who tried to think philosophy, economics, sciences in a different way. They invented new rules in order to bring a new kind of light over the difficult life of most people. A different light to show the way to a new world made of harmony and happiness. They have refused the reality of a society of power, money, exploitation and they have builded virtual marvelous cities, ideal cities made of solidarity and progress where quality should be the norme, not quantity.

On the contrary, the model of our modern society is more than ever "no quality but quantity". That's why, perhaps, our "ideal" of Utopia, today, is made of just a little more ecology in order to have a little more quality of food and a little more quality of drinking and a little more quality of air in order to go on living our little lives a little longer... Big ideas seem not to have anymore place in our society. The old good model called "American way of life" is leading everywhere on earth and earth is not big enough for that model, but we keep going straight on, I don't know where... That's why I'm afraid there is no future for Utopia.

But, I should like to believe that a very little light is still shining in the dark. For instance, here in Niels Bugge, a beautiful couple of dreamers, the very modern utopists Gitte and Poul, are building a new concept in the Danish countryside made of a very high quality of life. On that way to make people being much better together, we, cartoonists of several countries, we have been following them with our cartoons but also our friendship and our vision perhaps different of things. With our sense of humour, our non acceptation of everything which is wrong all over the world and with the help of our little pencils we, perhaps the last Mohicans, we still are drawing for a possible new world made of utopias. Even if we don't believe it really migh happen someday.

Anyway, perhaps this is time to ask my good friend and great Swedish cartoonist Riber Hansson to join me so I nominate him Doctor Honoris Causa in International Cartoonism by the Danish "University" of Niels Bugge.


Thank you. Tak. Or tak-tak, as say Swedish...

Carlos Brito

Viborg, the 28th May 2016

FECO CARTOONISTS ARE INVITED TO PARTICIPATE IN TRIBUTE TO THE DISAPPEARED!
This art project is curated independently by Andrea Arroyo and over 300 international artists are participating.
"Tribute to the Disappeared” is an art project in honor of the disappeared in Mexico and other victims of injustice around the world. This project aims to foster international solidarity and to bring public attention to the countless innocent lives impacted by injustice, poverty and displacement (This is not a contest but a solidarity project, there are no awards involved.)

Website: www.tributetothedisappeared.com

Facebook: www.facebook.com/tributetothedisappeared

Deadline: Ongoing (the sooner the better.) Fee: None
Exhibitions: Online (ongoing), New York City (September 2016,) with additional exhibitions being planned for 2016 and 2017.

How to participate (please follow these guidelines)
Theme: "The Disappeared" and related themes (injustice, displacement, invisibility, race/class conflict, corruption, war/peace AND solidarity, peace, hope.)
New and existing works in all media accepted (cartoon, illustration, drawing, painting, sculpture, craft, photo, video, text, performance, installation, etc.)
Email images, texts or videos to Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

- Images should be formatted as JPG, 300dpi, 6 inches (15 cm.) wide.
- Videos should be formatted as .mov or .mp4 (max 15MB) preferred, or be hosted on vimeo or youtube.
- Include the following information with your submission: Artist's name, title, year, media, country of birth/residency, email and website (if available.)
- Artists keep copyright and original art. By submitting to this project, artists grant permission to use their images/videos for non-commercial purposes, including but not limited to, online and physical exhibitions and promotion of Tribute to the Disappeared.
Questions: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LA GAUME ET DES CRAYONS


En Belgique, 10 km au nord de la frontière avec la France et juste à côté d’un des nombreux paradis fiscaux européens, le Luxembourg, se trouve Virton, charmante ville de 11 670 habitants.
Pour mémoire, ce fut près de Virton que, le 22 août 1914, eut lieu un des premiers affrontements entre les troupes françaises et allemandes. Les soldats français, pas encore poilus mais déjà habillés de rouge sang et bleu firent des cibles trop faciles pour les tirailleurs allemands. 2 200 soldats français et 700 soldats allemands furent tués en cette seule journée du 22 août. Le jour suivant, après la bataille de Ethe, des centaines de civils furent massacrés et de nombreuses maisons incendiées par les troupes allemandes dans des villages autour de Virton sous prétexte de la présence de francs- tireurs. Ainsi, entre le 21 et le 26 août, plus de 800 civils furent abattus à Latour, Ethe, Gomery, Mussy-la-Ville, Bleid, Grandcourt et Musson. Au final, mais ce n’était qu’un début, la dénommée « Bataille des Frontières », qui engagea 1,2 million de soldats en ce mois d’août de 1914, fit 130 000 morts. Beaucoup, beaucoup d’autres suivirent en cette longue procession macabre que fut la Grande Guerre : 9,7 millions de soldats et 8,9 millions de civils tués.
Cent ans après le début de cette première guerre mondiale, le 5e Festival International du Dessin de Presse, d’Humour et de la Caricature rassemblait à Virton, du 29 mai au 1er juin, quelques dizaines de dessinateurs de France et de Navarre, mais aussi de Hollande, du Portugal, d’Allemagne, d’Iran, de Tunisie, du Tchad, de Syrie et même de Belgique, sur le thème « Quand sera la paix ». Dans cette sympathique ville de la Gaume, ils brandirent fièrement leurs crayons, arme bien fragile et d’une relative efficacité contre toutes les misères du monde, afin de déclarer la paix à la guerre. Ainsi, entre deux gorgées d’Orval, l’excellente bière trappiste que fabriquent les moines de l’abbaye cistercienne voisine, des confrontations verbales eurent lieu dans un climat on ne peut plus pacifique et des traits furent tirés à bout portant sur les nombreux visiteurs consentants et caricaturés sous toutes les coutures.
Les dessins des 62 participants étaient très correctement présentés ici et là dans la ville, mais un peu n’importe comment sous le vaste chapiteau installé face à l’église Saint-Laurent de Virton. Cela
sera sûrement corrigé l’année prochaine. La centaine de sponsors, pour la plupart aux moyens plutôt modestes, ont mis les petits plats dans les grands pour rendre le séjour des dessinateurs le plus agréable possible et ceux-ci leur ont remercié en mettant les pieds dans le plat comme il se doit entre gens de bonne compagnie.
Quant aux trois rois mages Angelo, Raphaël et Philippe, créateurs de ce festival et infatigables anges gardiens de la horde sauvage de dessinateurs en furie, tout le mal qu’on peut dire d’eux c’est qu’ils ont su improviser des miracles de dernière minute dans une apparente bonne humeur et ce malgré les malvenus dépassements d’un maigre budget qui n’a rien à voir avec la folie des grandeurs d’un Sarkozy en campagne présidentielle.
Une dernière remarque : j’ai oublié d’acheter le catalogue, très beau pas cher. La faute à Orval, évidemment.

Carlos Brito
Vice-président général de la FECO

 news-virton14

 homp grandremy-14-11 21

Alain Grandremy n’est plus. Un grand monsieur vient de nous quitter.

J’ai connu Alain Grandremy au Salon international du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, il y a une trentaine d’années. Je me souviens que, secrétaire de rédaction au Canard enchaîné, Grandremy m’avait chaleureusement invité à passer au journal pour proposer mes dessins. Je pense qu’il disait cela à tous les dessinateurs qu’il rencontrait tellement il aimait le dessin et ceux qui en faisaient. Je crois bien que pour lui, un Canard idéal aurait eu mille pages et dix mille dessins de mille dessinateurs différents chaque semaine.

En France, comme ailleurs, on a la sale habitude d’effacer l’ardoise et de dire monts et merveilles des pires crapules après leur disparition. Comment faire alors pour rendre hommage à ce gentilhomme d’un autre temps et un peu anar qu’était Alain Grandremy ? C’est que je n’ai peut-être jamais croisé quelqu’un d’aussi droit, affable et généreux que lui. Toujours disponible et à l’écoute, Alain avait le don de distribuer sans compter son amitié et de rassurer chacun sur son travail. Par ses paroles et attitudes, il multipliait à l’infini le plaisir que l’on a à dessiner et nous poussait tout naturellement à progresser dans cet art ô combien difficile mais passionnant de la communication par le dessin.

Il y a des dessinateurs, moi compris, qui détestent d’autres dessinateurs, mais Grandremy, lui, nous aimaient tous sans exception. Je ne l’ai jamais entendu dire qu’un dessin était mauvais ou dire du mal d’un dessinateur, quel qu’il soit, jeune ou vieux, bien en cours ou marginalisé. Au contraire, il trouvait toujours le mot juste pour te faire savoir que c’était bien ce que tu avais fait, mais que tu pouvais éventuellement mieux faire. En fait, il fallait avoir appris à lire très profondément en lui pour comprendre ce qu’il voulait te dire sans te blesser. C’était un grand humaniste qui croyait tellement en l’homme que dieu lui était devenu totalement étranger. Ce en quoi il avait peut-être tort, non pas en ce qui concerne tel ou tel dieu, mais l’homme. Malheureusement, trop peu d’hommes sont ou ont été à sa hauteur. Et d’ailleurs, tout à fait entre nous, ses nombreuses femmes en savent, paraît-il, quelque chose.

Implacable, la roue tourne et aujourd’hui c’est un peu beaucoup du Canard qui s’en va : le meilleur du Canard, la plume. Car Alain Grandremy, par-delà ses qualités humaines était aussi une belle plume, malheureusement insuffisamment utilisée par le journal qui l’employait. Mais pas seulement cela car il était également une des mémoires vivantes du Canard, entièrement habité qu’il était par l’esprit de ses origines et de ce fait un des derniers gardiens du temple, sinon le dernier. Donc forcément dérangeant. Car Alain Grandremy avait des principes et les proclamait haut et fort. Cela dérangeait certains et, à l’image de ce qui se passe partout ailleurs, il en a évidemment pâti. Mais toujours la tête haute et sans concessions.

Aujourd’hui, le petit monde du dessin est en deuil car le cœur d’un de ses grands défenseurs a lâché. À nous de continuer l’ouvrage sans relâche afin de mériter l’amitié dont Alain Grandremy nous a fait cadeau de si bon cœur tout au long de sa vie.

Carlos Brito
Theneuil, le 20 novembre 2014

 

14-05 Quino Mafalda 1987

 

Quino, ganador del Premio Príncipe de Asturias en Comunicación y Humanidades 2014

Hablar de Quino no es tarea fácil porque ya se dijo casi todo acerca de él. Desde luego todo lo que se dijo fue siempre en un tono de gran respeto y admiración, sobre todo por su pensamiento filosófico-humanístico universal, tan bien expresado mediante el humor gráfico.
Hace unos días le fue otorgado el Premio Príncipe de Asturias en Comunicación y Humanidades 2014, un galardón más entre todos los que ya recibiera, pero quizás uno de los más importantes.

Quise escribir esta nota en parte porque tuve el placer de conocer personalmente a Joaquín Lavado, alias Quino, durante las recordadas Bienales de Humor en Córdoba, Argentina, en los años 80 y también porque siendo compatriota suya me siento doblemente feliz por este reconocimiento.
En dichas Bienales de Humor en Córdoba, ciudad argentina que se destaca por el buen humor y por la espontaneidad para el chiste que tiene su gente se reunían los mejores humoristas gráficos del momento. No por nada allí mismo se producía y se publicaba la famosa revista de humor "Hortensia". Así desfilaron en conferencias, discusiones y exposiciones entre otros Quino, Caloi, Fontanarrosa, Alberto Breccia, Patricia Breccia, Marino, Gulle, Crist, Roberto di Pama, Garaycochea... A Quino no le gustaban mucho los homenajes y sobre todo no le gustaba que siempre le preguntasen por qué no dibujaba más a Mafalda. Su respuesta fue clara: "Se me acabaron las ideas".

Pasaron muchos años y Quino sigue vigente y actualísimo con su Mafalda pero también con sus cartoons acerca del ser humano, sus vicios y debilidades. Estos cartoons, generalmente sin palabras, son asimismo testimonio del concepto universal "quineano". La gente sigue preguntándole por Mafalda, pero esta niña rebelde fue creada en tiempos de dictadura en Argentina para "mejorar el mundo". Quino reconoce ahora que nada mejoró ni empeoró, que todo sigue igual.

Mi última experiencia personal - esta vez con una Mafalda tridimensional y en colores - fue cuando paseando por Buenos Aires con mi hija Jimena y mi querido amigo y colega Carlos Brito, nos sentamos emocionados en el banco de la esquina de Chile y Defensa en el barrio de San Telmo, donde está sentada Mafalda hecha escultura, posando para todos los que vienen a sacarle fotos y reflexionando como siempre lo hizo sobre quiénes son los buenos y los malos de este mundo.

Marlene Pohle, 24.05.2014

 

Quino, winner of the Prince of Asturias Award for Communication and Humanities 2014

To speak about Quino is not easy because almost everything has been said about him. Certainly all that was said before has always been in a tone of great respect and admiration, especially for his universal humanistic philosophical thought, so well expressed by graphic humour.

A few days ago he was awarded with the “Premio Príncipe de Asturias en Comunicación y Humanidades 2014”, an award more among those who Quino already received, but perhaps one of the most important.

I wanted to write this article partly because I had the pleasure to meet personally Joaquín Lavado, alias Quino, during the remembered Biennials of Humour in Córdoba, Argentina, in the 80s and also because, being his fellow countrywoman I feel doubly happy for this recognition.

Such Biennials of Humour in Córdoba, an Argentina town which stands out for the good humour sense and spontaneity for the joke that its people have, were the occasion for the meeting of the top cartoonists of the moment. Not for anything there was produced and published the famous humour magazine “Hortensia”. So they participated in lectures, discussions and exhibitions among others Quino, Caloi, Fontanarrosa, Alberto Breccia, Patricia Breccia, Marino, Gulle, Crist, Roberto di Palma, Garaycochea… Quino did not much like the tributes and especially he did not like that people always asked him why he did not draw more Mafalda. His answer was clear: “I ran out ideas”.

Many years passed and Quino continues to be very current with his Mafalda but also with his cartoons about the human being, his vices and weaknesses. These cartoons, usually without words, are also a testimony of “Quinean” universal concept. People keep asking Quino about Mafalda, but this rebellious child was created during the dictatorship in Argentina to “improve the world”. Quino now recognizes that nothing improved nor worsened, that everything remains the same.

My last personal experience – this time with a three-dimensional and colourful Mafalda – was when wandering around Buenos Aires with my daughter Jimena and my dear friend and colleague Carlos Brito, we sat down very excited on the bench in the corner of Chile and Defensa in the neighbourhood San Telmo where Mafalda as a sculpture sits posing for all those who come to take pictures and reflecting, as she always has, on who the good and the bad of this world are.

Marlene Pohle, May 2014.

 

14-05 Quino Mafalda bis

 

MAFALDA

Je me souviens d’avoir fait la connaissance de Mafalda à Paris en 1972, au mois de juillet. C’est Irene qui me l’a très gentiment présentée, couchée noir sur blanc dans de petits albums de poche édités par Dom Quichote, au Portugal. Mafalda était née en 1964 à Buenos Aires et Irene était née à Rio de Janeiro, mais habitait à Lisbonne depuis son plus jeune âge. On était alors au tout début du rétrécissement de la planète.

Aux dernières nouvelles, qui commencent à dater sérieusement, Irene serait retournée vivre au Brésil, à Rio Grande do Sul, donc pas très loin de Buenos Aires, là où Mafalda s’est définitivement assise sur un banc public et où j’ai eu le plaisir de faire personnellement sa connaissance, il y a cinq ans, et de fêter ainsi en tête-à-tête son 45e anniversaire d’éternelle gamine. Elle me fut présentée cette fois-ci par ma très chère amie et excellente caricaturiste argentine Marlène Pohle qui habite à Stuttgart et dessine tout le monde de travers dans tous les endroits par où elle passe.

Je me souviens aussi d’avoir préféré Mafalda, petite fille vive et intelligente nageant à contre-courant dans un monde d’adultes aux prises avec un système économique et politique des plus durs, la dictature militaire argentine, à un certain Charlie Brown, petit garçon un peu gauche évoluant dans un monde fait uniquement d’enfants empêtrés dans des problèmes méta-psycho-machin de gosses pourris gâtés de la middle class étasunienne de luxe. En fait, j’avais fait la connaissance de Charlie Brown peu de temps avant Mafalda et ce dans les pages de Charlie Mensuel, publication de grande qualité créée par Delfeil de Ton en 1969 et dirigée par celui qui allait devenir bien plus tard l’illustre légionnaire d’honneur Georges Wolinski.
Pour la petite histoire, je ne puis m’empêcher de signaler que Quino, lui aussi, a été fait légionnaire d’honneur pas plus tard que cette année, ce que je lui pardonne uniquement en raison de ses 82 ans bien sonnés. C’est que, je me permets de le rappeler aux confrères dessinateurs, un certain Daumier, en son temps, et Tardi tout récemment, ont très fièrement refusé cet honneur-là qui ne va pas du tout avec la profession, par définition contestataire, qui est la nôtre.

Bref, et pour revenir aux plus célèbres enfants des comic strips du monde occidental, ainsi qu’à leurs papas, il faut dire que, comparé à feu le milliardaire Charles Schulz qui génère encore et toujours deux milliards de dollars de droits d’auteur par an, notre très cher Quino n’est qu’un modeste gagne-petit argentin malgré les 50 000 euros du Prix Principe de Asturias qui vient de lui être décerné. Ce qui n’empêche pas que, à mon humble avis, Charlie Brown et toute sa bande, à côté de Mafalda, c’est… « Peanuts ».

Carlos Brito
Theneuil 2014

Tous droits réservés - Migration Joomla effectuée par HOB France Services